Tlf. (+34) 91 519 92 65
Área de Clientes
Tlf. (+34) 91 519 92 65
Área de Clientes

MAIS QUELLE EST LA LIMITE ?

par | Mai 19, 2019 | Salle de presse - fr | 0 commentaires

J’arrosais hier soir tranquillement les plantes de ma terrasse. J’ai entendu des fous rires qui venaient de la terrasse de l’immeuble qui se trouve juste en face du mien.

J’habite dans le vieux quartier de Cadix, ici les immeubles ont un maximum de quatre étages et les terrasses du dessus sont utilisées par les voisins pour mettre le linge à sécher sur des cordes disposées à cet effet. Donc, j’entends des rires et parler français. Je me tourne et là, j’hallucine. Je vois trois gamines de pas plus de 13 ans en train de se prendre en photo avec des poses un peu trop sensuelles pour leur âge et, le pire, assises sur le rebord de la terrasse, sur le petit mur qui donne directement sur la rue, imaginez le danger. D’un seul coup, j’en vois une qui se tient aux cordes (la qualité de ces dernières et leur résistance est douteuse en raison du soleil, de la pluie ou du vent qui les use) et qui se courbe en arrière, juste pour la photo que lui prenais sa copine avec son mobile. Si cette corde s’était cassée, la fille tombait la tête en bas dans la rue d’une hauteur de quatre étages. J’ai crié et je leur ai dit de faire attention, qu’elles risquaient leur vie pour deux photos idiotes, que la chute était à deux doigts, qu’elles ne réalisaient pas ce qu’elles faisaient. La seule chose qui les a étonnées c’est que je leur parlais en français. Pour le reste, elles ont dit, « oui, oui », puis elles ont recommencé. À ce moment, une autre des jeunes filles s’est couchée sur le côté sur le rebord et a levé une de ses jambes pour montrer ses prouesses physiques sur les réseaux sociaux. Imaginez : un rebord de 20 cm qui donne directement sur la rue. Une perte d’équilibre et elle tombe. Enfin, je n’en croyais pas mes yeux. Elles ont continué : rires et poses impossibles.

En parlant après avec une voisine de ce qui s’était passé, j’ai su que ces filles faisaient partie d’un échange linguistique avec un lycée de la ville et qu’elles séjournaient chez une famille espagnole dans ce même immeuble.

J’ai pensé aux parents de ces filles. Est-ce possible d’imaginer que son enfant ignore les dangers et se rapproche autant de la mort rien que pour un cliché et pour obtenir le plus grand nombre de « likes » ? Ma fille a 8 ans et ça m’inquiète. J’ai peur de cette obsession de tout montrer sur les réseaux, de vivre pour montrer, c’est ça. « Regardez les copains, je suis sur une terrasse, tout au bord du mur, je risque de tomber, mais regardez la super photo et comme je suis belle… » 

C’est tellement ridicule, tellement bête.

Bref, je voulais partager cette réflexion, parce que j’ai bien peur que beaucoup de jeunes (et d’adultes) ont vraiment perdu la notion des limites et de la réalité. À suivre…

À bientôt,

Barbara Figueroa-Savidan