Tlf. (+34) 91 519 92 65
Área de Clientes
Tlf. (+34) 91 519 92 65
Área de Clientes

Spécialistes en demande

La mondialisation croissante de l’économie modifie également les exigences en matière de gestion du crédit. Par exemple, la communication croissante avec les clients, les partenaires et les prestataires de services internationaux, qui entraîne une demande croissante de traductions, en est un exemple. Mais à quoi dois-je faire attention lorsque je fais appel à un prestataire de services linguistiques ? Dans une interview accordée au magazine Der CreditManager, Stephan Oeller, président de l’agence de traduction internationale Noraktrad, dont le siège est à Madrid, donne des conseils et souligne les tendances actuelles de l’industrie, bien que des parallèles avec les directeurs de crédit puissent être observés.

CM : Comment le marché mondial de la traduction a-t-il évolué ces dernières années ?

SO : Le secteur de la traduction réalise actuellement un chiffre d’affaires mondial de près de 50 milliards d’euros par an, et ce chiffre est en augmentation. Le marché allemand représente un volume annuel d’environ un milliard d’euros. Les observateurs du marché supposent que l’industrie de la traduction et de l’interprétation connaîtra une croissance d’au moins dix pour cent par an dans un avenir prévisible. Nous pouvons confirmer cette évolution : Au cours des 15 dernières années, nous avons toujours connu une croissance organique à deux chiffres.

CM : Les directeurs du crédit ont plus à voir avec les chiffres qu’avec les mots. Comment identifier une bonne agence de traduction ?

SO : Tout d’abord, la certification selon ISO 9001 ou DIN EN ISO 17100 est une exigence de base importante. Les prestataires de services linguistiques garantissent ainsi, entre autres, des processus transparents. Ils doivent également être en mesure de fournir des références du domaine d’activité concerné. Les fournisseurs sérieux offrent également une traduction d’essai gratuite pour apprendre à se connaître. En principe, chaque traduction doit faire l’objet d’une relecture interne par un réviseur avant d’être livrée au client. En fin de compte, cela dépend du bon équilibre dans le « triangle magique » : Prix, qualité et fiabilité de livraison. Il ne faut donc pas seulement acheter au prix, mais aussi inclure les autres aspects dans l’évaluation. Si la qualité de la traduction n’est pas bonne ou si les documents sont livrés trop tard, vous n’obtiendrez rien du prix bas.

CM : Comme partout, il y a des « moutons noirs » dans l’industrie de la traduction. A quels signaux faut-il s’alarmer ?

SO : En principe, il faut obtenir plusieurs offres. Si un fournisseur de services offre des services bien en dessous du prix du marché, vous devriez au moins y jeter un coup d’œil. S’il ne présente pas d’autres attestations, la prudence est de mise. Il devrait également être possible de présenter une assurance responsabilité civile. En cas de problème, le client est protégé contre les droits de recours.

CM : Qu’est-ce qui est important lors de la traduction de textes dans le secteur financier ?

SO : Le prestataire de services linguistiques doit être en mesure de prouver que le traducteur et le réviseur sélectionnés connaissent le sujet. Dans ce cas, cela signifie que les cadres supérieurs sont à l’aise en administration des affaires et qu’il est préférable qu’ils aient suivi un programme d’études approprié. Idéalement, ils savent ce qu’est la gestion du crédit. Il en va de même pour la documentation technique : Un traducteur et un réviseur doivent être des ingénieurs.

CM : Comment la confidentialité est-elle garantie lorsque, par exemple, des contrats sensibles ou même des brevets sont traduits ?

SO : Toutes les personnes concernées – du représentant commercial au chef de projet, en passant par le traducteur et le réviseur – doivent signer un accord de confidentialité. Nous avons développé des documents spéciaux à cet effet, et certains eClients ont aussi leurs propres formulaires dans leur pochette. Cette protection est extrêmement importante. Dans le cas des brevets en particulier, les dommages causés par une divulgation prématurée peuvent être énormes. Il en va de même, bien entendu, pour les reprises d’entreprises, les manuels d’utilisation de machines ou les transactions immobilières internationales.

CM : Quel est le rôle des logiciels dans la traduction ? Les traducteurs en ligne comme Google Translate ou DeepL ne peuvent-ils pas être mieux utilisés de nos jours ?

SO : Cela n’a de sens que si vous souhaitez obtenir rapidement une première vue d’ensemble. Qui, une fois qu’il aura entré des phrases plus longues e, verra : Plus le degré de difficulté est élevé, plus le résultat devient incompréhensible. Surtout la syntaxe de la langue allemande joue souvent un tour.

Les traductions automatiques (TA) s’améliorent de plus en plus, mais un expert devra encore vérifier et corriger ce résultat pendant des décennies, même avec une précision de 99 %. Les machines apprennent, mais ne ressentent pas les nuances. Les estimations optimistes vont vers 20 ans de développement, ce qui signifie que le traducteur classique devient de plus en plus un réviseur.

 

CM : Comment le travail des agences de traduction va-t-il évoluer dans les années à venir ?

SO : Le volume mondial de données augmente rapidement. Et Big Data offre d’énormes opportunités : Une technologie de traduction avancée permet aux entreprises d’utiliser l’énorme quantité de données pour communiquer en plusieurs langues. En même temps, la puissance de calcul croissante permet l’utilisation de Deep Learning. C’est une forme d’apprentissage machine basée sur l’intelligence artificielle. Dans l’industrie de la traduction, cela signifie : Traduction automatique neuronale (NMT).

CM : Qu’est-ce que le NMT exactement ?

SO : Jusqu’à présent, les mémoires de traduction ont aidé les traducteurs en utilisant les traductions précédentes dans les bases de données. Cela garantit, par exemple, que les mêmes termes sont toujours utilisés, même si différents traducteurs travaillent sur les textes. Les systèmes de NMT ajoutent deux autres choses : Apprentissage en profondeur et beaucoup plus de données. Sur leur base, un réseau neuronal artificiel est créé. Chez Norak, nous y sommes préparés et développons notre propre moteur en collaboration avec quelques grands comptes aux États-Unis et en Espagne. Une condition préalable importante est cependant la qualité des données – tout comme dans la gestion des crédits. Si les données de base ne sont pas correctes, le meilleur logiciel est inutile. Il en va de même pour les logiciels de traduction. Si les algorithmes sont bien et abondamment alimentés, vous obtiendrez toujours de meilleurs résultats.

En fin de compte, le traducteur spécialisé —comme le directeur de crédit— ne s’occupe que des cas difficiles. Cela augmente considérablement la productivité du setter.

CM : Où voyez-vous les plus grands défis sur le marché des services linguistiques ?

SO : Le marché allemand est encore très atomisé. Cependant, un nombre croissant de grands fournisseurs anglo-américains entrent sur le marché, fusionnent et deviennent attractifs pour les fonds qui leur fournissent des ressources suffisantes pour de nouvelles acquisitions. Les progrès technologiques sont rapides et vous devez être un fournisseur de services complets. La traduction seule devient de plus en plus rare. En outre, il est important d’avoir une certaine taille stratégique, d’avoir une présence indépendante et modulaire 24 heures sur 24 sur ses principaux marchés et d’occuper des marchés de niche. CF